Le secret de la maîtrise de soi


Connaissez-vous le petit test de la guimauve ?

Cette expérience très sérieuse a été réalisée en 1972 à l’université de Stanford en Californie par l’équipe du psychologue Walter Mischel (né en 1930) avec pour sujets, des enfants entre 4 ans et 5 ans qui.

La méthode employée :

Ces enfants devaient choisir leur friandise préférée. Une personne venait alors poser cette sucrerie sur une assiette, devant eux, en leur proposant une alternative. Soit l’enfant mangeait une seule gourmandise immédiatement, soit il attendait le retour de l’expérimentateur qui lui offrirait la possibilité de « gagner » une seconde friandise identique au bout « certain » temps.

Le but initial de cette expérience était d’identifier les processus mentaux de la maîtrise de soi. C’est à dire les actions entreprises permettant de retarder l’action, afin d’obtenir un maximum de bénéfice.

Voici les résultats obtenus :


marshmallow test-enfant par NY182

Certains enfants ont été en mesure d’attendre 20 minutes et d’autres une poignée de secondes à peine.

A l’époque, les psychologues supposaient que la capacité de l’enfant à attendre, dépendait de son envie d’en avoir plus. Or ses conclusions, basées sur des centaines d’heures d’observation, furent que la maîtrise de soi découlait d’une compétence essentielle appelée  la répartition stratégique de l’attention.

Au lieu de rester concentré et obsédé par la guimauve (stimulus primaire), les enfants les plus patients ont réussi à se distraire eux-mêmes (en se couvrant les yeux, en jouant à cache-cache sous le bureau ou en chantant des chansons).

Leur désir n’a pas été vaincu, il a été simplement oublié.

En résumé, en focalisant son attention sur la guimauve et son goût, l’enfant la mangeait inévitablement !

La clé est d’éviter d’y penser !

D’autres travaux ont permis de constater que ces différences sont aussi observables chez des sujets âgés de 19 mois.

L’observation des tout-petits brièvement séparés de leur mère a démontré que certains éclataient immédiatement en larmes, tandis que d’autres surmontaient leur anxiété en se distrayant.

Ces mêmes enfants arrivés à l’âge de 5 ans ont été soumis au « Test de la guimauve », et ceux qui avaient pleuré précédemment avaient du mal à résister à la tentation. En outre, les chercheurs ont suivis le développement de chaque enfant pendant son adolescence, et les résultats démontrèrent que les enfants qui avaient résisté à la tentation étaient psychologiquement mieux adaptés socialement, plus fiables, et avaient de meilleurs résultats à l’école.

Comment être sûr de résister à la tentation ?

L’apprentissage est soumis à différentes influences, notamment la personnalité et l’environnement. Nous apprenons à utiliser notre esprit tout comme nous apprenons à utiliser un ordinateur, par essais et erreurs.

Le psychologue Mischel a trouvé des subterfuges pour aider ces enfants à mieux se maîtriser en se distrayant, comme en prétendant que le bonbon était seulement une image entourée d’un cadre imaginaire. Les résultats ont alors démontrés que la maîtrise de soi s’en trouvait nettement améliorée. Les enfants qui n’avaient pas été en mesure d’attendre 60 secondes pouvait maintenant attendre plus de 15 minutes.

Tout ce que j’ai fait, c’est donner à ses enfants quelques conseils pour optimiser le mode d’emploi mentale » dit le psychologue Mischel. « Une fois que vous vous rendez compte que le pouvoir n’est qu’une question d’apprentissage du contrôle de votre attention et de vos pensées, vous pouvez réellement commencer à vous maîtriser.

L’été dernier, d’autres scientifiques ont choisi 55 sujets, soumis à des tests liés à la mémoire du travail. Ces tests ont confirmés le test de la guimauve et démontrent que même sans gratification le même mécanisme de base est identique.

Conclusion sur cette expérience

Ces expérimentations ont démontrées que vous résisterez à vos envies en maîtrisant votre attention, ce n’est donc pas forcément qu’une question de la volonté au départ 😉

Et comme simple ne veut pas dire facile, ces résultats prometteurs sont soumis à des variables non contrôlables, tel que l’environnement familial par exemple. Les chercheurs savent qu’il ne suffit pas d’enseigner aux enfants des subterfuges, le véritable défi est de transformer ces trucs en habitudes et que cela demande des années de pratique assidue.

Selon le psychologue Mischel, même les plus simples routines de l’enfance (comme de ne pas grignoter avant le dîner) sont de véritables exercices d’entraînement. Cependant, cette approche informelle n’est pas suffisante. Sa proposition 

Nous devons donner à chaque école maternelle des guimauves, dit-il et nous devrions dire:

Vous voyez cette guimauve ?

Vous n’avez pas à le manger.

Vous pouvez attendre.

Voici comment…


12 commentaires sur “Le secret de la maîtrise de soi

  • Isabelle La Sourcière

    Par les temps qui courent se pencher plus sécifiquement sur le phénomène de frustration ne peut que porter ses fruits … ou des schmallows. Y’a pas d’âge pour la frustration, ni pour la vivre ni pour apprendre à vivre avec.
    Eh puis tout compte fait, prendre de suite ce qui nous est donné, n’est pas mal non plus. Mieux vaut tenir que courir…. par les temps qui courent…
    Vive la gourmandise! Vive la désobéissance! Vive l’envie et surtout Vive la vie!
    C’est pas beau ça pour un lundi? Hein?
    Isabelle

    • Sandrine Auteur du billet

      C’était donc toi cette petite rouquine… qui va au rab.
      En fait on peut lire ce sujet comme une capacité à gérer la frustration ou comme la capacité à aller au bout de ses objectifs !
      Belle semaine 😉

  • Isabelle La Sourcière

    Franchement, je pense que la petite qui avale tout de suite la friandise est allée jusqu’au bout de son objectif, se faire plaisir tout de suite…
    Je n’ai pas le sentiment que les autres aient vraiment choisi LEURS objectifs dans cette expérience.
    Bon, je chipote car on est mardi. Bonne journée ensoleillée à toi et aux copain(ine)s blogueur(euse)s.

    • Sandrine Auteur du billet

      Effectivement ça aurait pu être le cas si elle n’avait pas repris son assiette espérant quémander quelques miettes supplémentaires, il semblerait que cette petite cigale soit vite prise au dépourvu non ? De mon point de vue l’objectif ici est binaire une friandise ou 2… J’aime beaucoup la petite blondinette qui fait « comme si » en laissant un trognon de guimauve l’air de rien.
      Allez nous sommes mardi, la théine n’a pas encore fait son effet… d’ailleurs de mon côté non plus…
      Bonnne Journée à toi avec le plein de soleil
      Que les anis de Flavigny coulent à flots 😉

  • Johann

    Il y a un test similaire dont il parle dans « Intelligence émotionnelle »
    Il a été démontré que les enfants qui arrivaient à maitriser leurs emotions et attendre réussissaient mieux dans la vie que ceux qui cédaient rapidement, ceux-ci devenaient des enfants à problème et avaient du mal à surmonter les étapes de la vie.
    Cette étude a démontré que ce n’est pas le QI qui determine la réussite mais l’IE (intelligence émotionnelle) qui inclus la maitrise de soi.

    • Sandrine Auteur du billet

      Bonjour Yohann,
      Tout à fait, les différentes typologies d’intelligences sont un autre sujet que j’aborderai prochainement, merci de la transition 😉

  • Eric

    Bon ben j’avais mis un petit commentaire concernant le QI et le QE qui pour moi sont aussi importants pour « réussir dans la vie ».
    Mais il n’est pas passé alors je recommence…..car j’en profitais pour souhaiter une bonne fête à tous les membres de ce blog, surtout à Sandrine, pour le 18 avril…….

    • Sandrine Auteur du billet

      Coucou Eric,
      C’est souvent l’adresse email qui joue des tours, mais je grrrrr très fort si les commentaires ne s’affichent pas, d’autres personnes ont été dans ce cas ?
      Merci pour ton passage et bon WE Pascal à toi 🙂

  • jérémie

    Tient je vais envoyer cet article à un ami., très intéressant je revisiterais ce blog.

Les commentaires sont fermés.