La renarde au pays des Olograffs (pas très professionnel tout ça…)


Drôle de titre pour un drôle de billet…

Ce blog est un espace où je partage mes découvertes et mes secrets professionnels pour vous aider à trouver, à construire et à améliorer vos projets en vous parlant principalement de communication et d’emploi.

Vous êtes actuellement en questionnement autour de ces sujets ?

Vous avez peut-être plusieurs fois essayé de changer de job ou de métier sans grands résultats jusqu’à présent, et malgré toute votre bonne volonté, les efforts engagés, vous vous êtes résolu à abandonner en acceptant votre sort définitivement, scandant que plus personne ne vous prendrait à rêver !

Parce que finalement lorsque l’on démarre un changement important dans son job, cela comporte des coûts, énergétiques et financiers, qui peuvent être lourds de conséquences si vous n’y êtes pas préparé.

Et pourtant…

Alors aujourd’hui est un jour peu particulier, d’où ce billet inhabituel, car moi aussi en démarrant ce blog, j’avais un rêve et un nouvel objectif professionnel, et si mon rêve n’est pas près de me quitter, un des objectifs associés a pris l’eau plus d’une fois.

C’était il y a presque 3 ans… déjà !

En démarrant ce nouveau job, celui d’alimenter ce blog d’une part pour vous faire profiter de mes savoirs et pour vous aider à concrétiser vos objectifs professionnels, d’autre part, pour acquérir de mon côté une nouvelle organisation de travail plus flexible.

Je dois bien me rendre compte que cette activité à un coût non négligeable et qu’elle prend énormément de temps, quoi qu’en dise les fans inconditionnels de Tim Ferriss.

Il est vrai que je suis partie de si loin, qu’il m’a fallu un temps d’apprentissage certain 🙂 et lorsque vous menez plusieurs activités et projets en même temps, il est tout aussi certain que cela peut-être dispersant et épuisant.

Je dois vous avouer que plus d’une fois j’ai eu l’envie d’abandonner, comme vous peut-être qui avez des rêves et des projets professionnels que vous n’avez pas encore réussis à concrétiser.

Prévert citation sourire

 

Dois-je stopper définitivement ce blog ?

Voilà la grande question que je me suis posée tout au long de cette troisième année. Cette simple question que vous vous poserez très certainement sur le chemin de vos projets, noyé dans un flot d’informations prodiguées par toutes sortes de personnes plus ou moins bien intentionnées.

Vous êtes vous déjà retrouvé perdu sur un chemin de campagne, non indiqué sur votre carte, à chercher désespérément un panneau ou un autochtone pour vous indiquer la bonne direction ? Peut-être avez-vous investit dans un GPS dernier cri qui tombera en panne un jour ou l’autre, de préférence un dimanche soir en pleine nuit au milieu de nulle part…

A ce moment précis, vous n’avez que quelques solutions, chacune ayant un coût et des conséquences :

Vous asseoir et pleurer en attendant une intervention divine…

Vous mettre dans une colère monstre et accuser le monde entier jusqu’au petit matin, où épuisé vous jurerez que personne ne vous y prendra plus jamais, préparant soigneusement votre vengeance à l’encontre de ce vendeur incompétent !

Continuer jusqu’au prochain village, prévenir de votre retard, prendre une chambre d’hôte et faire une pause avant de repartir.

Personnellement, j’ai choisi la troisième option et me suis offert une cure de « digital détox » qui m’a revigoré ! J’ai fait une vraie pause dans mes projets pour savoir si j’allais oui ou non j’allais continuer sur ma lancée.

Décider de son avenir professionnel

Quelque soit le projet ou simplement au cours de votre activité, vous pouvez vivre des périodes où vous vous sentez submergé par le stress, les contraintes, le trop plein d’information, la culpabilité… Ce sont des signes forts à ne pas négliger.

Lorsque que vous vous sentez oppressé dans vote activité, lorsque vous avez la sensation de ne plus être en capacité à penser ou de décider, cela signifie que la machine a activé le pilotage automatique ou ce que l’on appelle communément des mécanismes de survie destiné à soulager votre esprit. Il est alors temps de se poser, pour regarder les choses sous un angle différent, prendre du recul sur la situation, quitte a se faire aider par un professionnel si nécessaire.

Pause professionnelle citation Raymond Devos

Et si on faisait une vraie pause professionnelle maintenant

Installez-vous confortablement et laissez-moi vous conter une histoire sur un air de slam…

La renarde au pays des Olograffs

Curieuse de tout, elle aimait partir à la recherche de nouveaux savoirs, de nouvelles expériences, de nouvelles personnalités. Le monde lui semblait si beau, elle en connaissait si peu…

Ce qu’elle appréciait par-dessus tout ? Hum… sans doute ces petits moments à baguenauder ici et là, en laissant faire le destin.

C’est ainsi, que par un beau matin, ses petits pas la menèrent vers une étrange forêt. Sans hésiter un seul instant, elle y entra joyeusement, car voyez-vous, la belle ne craignait jamais les dangers.

 Pourtant… chacun sait que dans une forêt, tout, peut arriver.

Peu importe ! Nous la retrouvons, marchant d’un pas léger, folâtré dans le vent en toute tranquillité, se laissant au passage caresser les narines par de légères senteurs aux notes taquines.

Soudain… Un bruit ? Une discorde ? Un curieux brouhaha, venu tout droit du centre de ces bois. Il n’en fallut pas plus à la curieuse pour accélérer le pas, et se retrouver devant un grand chêne, autour duquel toutes sortes d’animaux braillaient.

L’un criant qu’il était le plus beau ;
L’autre beuglant qu’il était le plus intelligent ;
Puis un autre, clamant qu’il était le plus grand, le meilleur, l’omniscient…
Bon nombre d’entre eux s’arrogeant de lointaines théories en les promouvant démesurément.

Amusée, elle ne comprit pas très bien ce qui se déroulait devant ses yeux écarquillés. Car cette voyageuse savait bien, pour l’avoir maintes et maintes fois pratiqué, que le savoir était chose bien trop fragile, bien trop vaste et trop volatile pour se laisser apprivoiser.

Se serait-elle trompée depuis toutes ces années ?

Intriguée par cette suffisance, elle s’assit un instant pour apprécier la danse.

En observant le troupeau agité, étrangement elle n’aperçut que des agnelets. Et se demanda, comment cette armée à peine née, pouvait-elle aussi facilement s’approprier le savoir de ses aînés ?

Jusqu’au moment, où bien évidemment, il fut question d’argent et de facilité.

Une fois encore, elle comprit alors qu’elle ne faisait qu’observer une parade bien orchestrée. Celle de la tribu des OKazou, tribu certes un peu spéciale, qui n’a pour obsession que le cumul de précieux cailloux.

Ne souhaitant pas signaler sa présence, elle se retira discrètement. Les yeux braqués sur l’assistance, elle recula tout doucement… jusqu’à sentir une présence… et entendre une drôle de voix.

Belette

Bien le bonjour étranger, vous nous quittez déjà ? Alors que vous êtes devant le grand chêne de l’abondance, le seul arbre au monde capable d’exaucer tous vos vœux. Vous partez sans même une piécette, alors qu’il suffit juste de vous baisser pour les ramasser à pleines poignées.

Tournant légèrement la tête, la renarde aperçut, dressée sur ces pattes arrière, une fière petite belette.

 Rien à faire ? Interrogea la renarde, amusée.

Rien ! Ou presque rien, dit la belette. Juste une toute petite chose de rien, que je peux vous montrer, ici, tout de suite, maintenant, sans risque et garantie à 300 000% !

Il vous suffira juste de trouver une minuscule clé et cela ne vous prendra que quelques microscopiques minutes…

Voyez-vous tous mes amis, en train de chanter, rire et danser autour de ce grand chêne ? Ils sont tous en train de célébrer leurs vœux exaucés.

Ils ont tous réussis. J’ai réussi. Vous pouvez réussir. N’importe qui peut réussir !!!

Cet arbre est capable d’exaucer tous vos vœux sans aucune exception. Il suffit simplement de rêver… et de demander !

 

Renarde bleue

Tous mes vœux ? Reprit la renarde. Mais, je ne vois céans que de l’argent, et n’entends parler que de montants sonnants et trébuchants.

Absolument tout, vous dis-je, c’est un arbre magique.

Petite belette, ne vois-tu pas ce pelage argenté ? Bien avant que tu ne te sois révélée, je vendais ces fromages à tous les oiseaux de la forêt.

Jolie renarde, ne sais-tu à quel point la forêt a changé ? De ton temps, tu ne pouvais vendre tes fromages qu’à quelques corbeaux égarés, juste de quoi gagner une maigre pitance. C’est peut-être encore ce que tu fais, en priant très fort que les inspecteurs ne t’en prennent pas la moitié ? Regarde autour de toi : le monde a évolué. Aujourd’hui, bien plus que  des corbeaux, toutes les espèces tu peux toucher ! Je te le répète, il te suffit de te baisser et de connaître quelques ficelles avant de te lancer.

Et puis, je suis là moi… rétorqua la belette, l’œil vif et le sourire carnassier.

Je t’expliquerai tout ce qu’il y à savoir, tout ce que j’ai testé.

Je te montrerai pas à pas, chacune des étapes pour progresser.

Je te prendrai par la main pour que tu ne fasses pas les mêmes erreurs que moi.

Je te dirai tout, même, ce que je ne sais pas.

Tiens, je suis tellement sûre de moi,

Que si ce n’est pas le cas,

Pas une piécette, tu ne dépenseras !

Parole de belette, si je te mens,

Que je passe sur l’instant par le trépas.

Mais je le vois,

Tout cela t’effraye n’est-ce pas ?

Comme je te comprends…

A ta place, j’étais, il n’y a pas si longtemps…

Regarde autour de toi, ils ont tous réussi !

Il te suffit simplement de faire comme moi, toi aussi.

Toutefois, je ne peux te proposer cette offre qu’une seule fois.

Toi aussi, si tu le désires, tu peux dès à présent

Faire partie du peuple de ces bois.

Tu peux aussi choisir d’ignorer, cette opportunité.

A toi de choisir, c’est maintenant… ou jamais.

La renarde n’était pas dupe de ce discours préfabriqué, mais elle devait bien avouer que les arguments de la belette l’avaient apostrophée.

N’y avait-il pas là quelques vérités ? Après tout, il était vrai que le monde était en train de bouger.

Après quelques hésitations, quelques tergiversations, quelques négociations, malgré ses résistances, la renarde se laissa embarquer dans ce nouveau projet. Elle reçut alors  en paquetage, non sans avoir versé au préalable une généreuse contribution, une boite, (sa boite), un parchemin (son parchemin), avec pour unique mission celle de trouver le secret de l’arbre.

Boite à voyager

Impatiente, la renarde ouvrit immédiatement la boite miraculeuse et fit une première découverte ex-cep-tion-nelle !

La belette avait raison, le goupil pouvait enfin communiquer avec le monde entier grâce à cette minuscule boite remplie d’Olograffs, ce mini peuple interconnecté !

Après de longues heures passées à apprendre leur langage, elle parvint enfin à communiquer avec les Olograffs.

Dès lors, elle prit pour habitude de les interroger en cas pour se faire aider.

Après quelques mois ou quelques années, l’animal au pelage argenté remarqua qu’il avait bien changé. La surprise passée, fatiguée, la renarde n’appréciait guère ce qu’elle voyait.

En naviguant dans la magie de la virtualité, l’animal au museau allongé avait presque oublié que tout ce que le quasi contenu de cette boite, n’était que verbiage et billevesées.

Milles une question lui trottaient dans la tête.

Ce serait-elle à ce point trompé ?

Devait-elle abandonner définitivement ce projet ?

Pourtant, elle sentait bien qu’il existait d’autres chemins pour atteindre le secret.

Pendant ce temps-là, la belette ne chôma pas. Elle fit de nombreux duplicatas et constitua sa propre tribu. Elle mit en place une chaîne de fabrication automatisée de boites magiques agréées, et malgré quelques couacs, elle continue à prospérer.

La morale de cette histoire

Quand tu démarres un projet,

N’hésite pas à te faire aider,

Mais reste vigilant, car

Si tu entends une belette te proposer,

De ramasser quelques piécettes avec facilité,

Protège tes arrières avant de te baisser,

Sinon tu prends le risque de te faire détrousser.

L’aventure aurait pu s’arrêter là

Mais c’est celui qui créé l’histoire qui en choisit la fin…

Et la renarde remercie chaleureusement la belette et ses amis de la forêt, car ils lui ont apporté, non pas ce qu’elle cherchait, mais exactement ce dont elle avait besoin pour progresser.

Plus près des étoiles

Si tu n’aimes pas mon histoire…

Je me moque éperdument,

Si j’ai créé cette histoire,

Ce n’est pas pour toi qui déteste les belettes,

Ni pour toi, qui mélange les espèces.

Je l’ai simplement écrite pour moi,

Et pour tous ceux qui se sentent perdus dans leur quête.

Tu t’es planté ?

Tu as échoué ?

Tu n’es pas satisfait ?

Tant mieux,

Cela veut dire que tu as essayé,

Et forcément progressé !

En vérité, quand tu te lances dans un projet,

Il te faut évidement un cap pour te diriger,

Malgré cela, l’important n’est pas ce que tu cherches,

Mais plutôt le chemin emprunté, et tout ce que tu vas-y trouvé.

Si comme moi, l’envie te prenait de tout vouloir abandonner,

J’aimerai te dire de ne pas perdre ton temps à en vouloir au monde entier !

Arrête-toi un moment, profites de l’instant,

Choisis ta direction, tu as le droit de tout arrêter,

Tu peux aussi, prendre le temps d’observer,

Le chemin parcouru et ajuster tes projets

Souviens-toi,

La décision n’appartient qu’à toi parce que…

Je suis, tu es, nous sommes,TOUS responsables de nos projets.

***

Voici donc un petit bilan avant l’heure, annonciateur de quelques changements pour la suite à donner à ce projet.

Merci à vous amis lecteurs pour votre fidélité, je vous donne rendez-vous, même heure, même blog, dans un an sur la place des grands…

Vous souhaitez en savoir plus ?

Gardons le contact et profitez des bonus exclusifs réservés aux membres de ce blog. Vous recevrez des informations complémentaires sur des sujets comme la gestion de votre carrière professionnelle, la construction d’un projet ou de vos objectifs, le recrutement…

Simplement en vous inscrivant dès maintenant, c’est simple, garanti sans spam, confidentiel et gratuit.

Vérifiez votre boite mail après avoir cliqué sur « Je m’abonne », votre premier bonus vous attend.

* Champs requis