Tout ce qu’on ne vous dit pas sur le marché de l’emploi


Il m’arrive souvent d’avoir des demandes de «validation» de CV, comme pour obtenir avec certitude et rapidité le sésame vers l’emploi. Certes, il est rassurant d’avoir l’avis d’un expert, mais soyons honnête, malgré tous les best-sellers qui fleurissent chaque année, à mon humble avis, le CV magique n’existe pas. Et valider un CV sans le comparer au besoin du recruteur me parait bien difficile 😉

Avant de vous parler du CV, je vous propose de vous expliquer comment fonctionne le marché du travail.

Commençons par revoir la définition de ce fameux marché

Grande nouvelle, personne ne vous attend et personne ne vous trouvera sans un minimum de préparation et de travail de votre part. Arrêtez d’envoyer des centaines de CV identiques, vous allez très vite vous épuiser pour rien et surtout perdre en crédibilité.

Un recrutement n’est pas une chose aisée et demandera d’abord de la préparation que vous soyez candidats ou recruteurs.

Et pour apparaître comme le candidat « idéal », il va bien falloir réaliser quelques petits réglages de base, et c’est le marché, entre autre, qui va vous en donner les moyens. Il est vrai qu’au départ, ce dédale, ressemble à s’y méprendre à la forêt amazonienne au début du 19ième siècle. Il sera donc plus prudent de commencer à tracer votre route à la machette pour débroussailler le tout, bien avant de construire votre CV, dans le cas contraire ce labyrinthe aura raison de votre énergie et de votre patience.

Rendre visible un marché opaque

Pour rappel, le marché est la rencontre de l’offre et de la demande de travail qui fixe le prix de la rémunération. On parle globalement du marché de l’emploi, alors que d’un point de vue économique, il peut être segmenté de plusieurs façons et qu’il n’est pas si simple à réguler.

En simplifiant à l’extrême, plus vos compétences sont rares et recherchées, plus vous aurez de choix et d’opportunités et meilleure sera votre rémunération.

Ce que l’on a oublié de vous dire…

De nombreux indicateurs et études sont à votre disposition si vous souhaitez vous faire une idée de votre marché du travail. Du plus général, comme le taux de chômage (nombre de demandeurs d’emploi divisé par le nombre d’actifs) au plus précis. Si le pourcentage du taux de chômage vous donne une idée de la différence entre l’offre et la demande. Il ne précise pas que le déséquilibre se situe aussi entre le besoin en compétences et l’offre existante… Des études montrent que dans certaines branches professionnelles, 1 personne sur 3 en recherche d’emploi n’a pas les compétences requises pour les postes proposés.

Vous comprenez alors, que vous avez tout intérêt à mesurer au plus tôt la différence entre les compétences requises pour votre job idéal et les compétences acquises au cours de votre parcours. Plus, vous serez à même de déterminer des solutions pour les combler ces écarts, plus vous aurez des chances de réussir à atteindre votre objectif. Il existe de multiples études pour vous aider à affiner l’information nécessaire pour la concrétisation de votre projet professionnel.

L’entreprise ne souhaite pas plus de personnel, elle recherche des solutions, bien comprendre ce point vous permettra de changer radicalement votre positionnement et de gagner immédiatement en efficacité  😉

Un emploi c’est quoi ?

Dernièrement, lors d’un dîner, comme cela se passe souvent, la conversation glissa malencontreusement sur des sujets politiques. Alors qu’une personne s’insurgeait haut et fort contre un taux élevé de chômage en France, ses préconisations furent, je cite, «de faire casser des cailloux à tous ces fainéants…». Ainsi pour cette personne, vétérinaire de son état, il n’y avait aucun doute la facilité de trouver un emploi pour vivre tranquillement. Lui-même n’avait d’ailleurs aucun doute sur ses propres capacités à trouver du travail en moins d’une semaine puisque lui… était prêt… à casser des cailloux !

Je dois vous avouer qu’en général, je n’interviens pas dans ce type d’argumentation sans fondement. Mais ce débordement d’émotions, cette force de conviction me laissa pensive.

Passée la surprise de ces clichés éculés, je lui ai proposé gentiment de tenter par lui-même l’expérience… et de se mettre en quête du job de son choix, en ajoutant 3 semaines supplémentaires à sa proposition initiale… Étonnamment, cet entrepreneur installé à son compte depuis l’obtention de son diplôme a refusé ma proposition. En me précisant tout de même qu’au vu des milliers d’offres du pôle emploi non pourvues chaque jour, il réussirait sans aucun effort.

Pour ma part, je pense que la pratique est toujours meilleure conseillère que la théorie, alors prenez garde de ne pas sous-estimer l’investissement que vous demandera votre projet professionnel.  Et ne vous laissez pas démoraliser par des personnes qui n’ont aucune expérience sur ce type de démarche 😉

Investir dans sa carrière professionnelle

Un autre indicateur vous aidera à mesurer le temps à prévoir pour ce changement d’emploi, il s’agit de la durée moyenne du retour à l’emploi variable selon votre profil (fonction, région, secteur d’activité…). Un exemple, l’organisme qui suit les statistiques nationales évalue en moyenne qu’une la durée moyenne d’une recherche d’emploi sera  de 6 mois si vous êtes cadre. Cette notion est encore une fois à remettre à votre échelle et sera tributaire de votre situation personnelle.

Le marché de l’emploi n’est pas égal à la somme des petites annonces

Enfin, en y regardant de plus près, l’importance des emplois précaires et un autre facteur à prendre en considération pour mesurer votre marché. Si vous êtes à la recherche d’un poste de formateur par exemple, allez sur le site de Pôle emploi, et relevez le nombre de postes proposés en CDD, ensuite vérifier les durées des contrats proposés, un mois, un jour ou quelques heures et vous verrez alors que la confusion entre la quantité et la qualité des offres proposées peut être hasardeuse.

Avez-vous entendu parler du marché caché ?

Le marché de l’emploi est généralement présenté en 2 parties. Vous entendrez parler de marché visible ou transparent, celui qui correspond à toutes les offres communiquées ouvertement par les entreprises quelque soit le support utilisé (journaux, internet…). A ce stade, le besoin devient crucial et souvent d’autres recours moins onéreux ont été déjà épuisés, comme ceux recensés dans ce que l’on appelle le marché caché.

De quoi parle –t-on exactement ?

Si les offres d’emploi de types petites annonces peuvent avoir une fâcheuse tendance à cadrer de «trop» près le besoin et ainsi réduire votre champ d’action, surtout si de votre côté votre expérience « dépasse un peu de la case » 😉

Les offres du marché dit « caché » seront beaucoup moins formalisées, les stratégies pour arriver à la rencontre entre  candidat et recruteur seront bien différentes de la classique réponse à annonce. Ce type de marché regroupent toutes les opportunités du réseau relationnel, (clients, fournisseurs, concurrents, écoles, salons, associations …), la chasse de tête,  la recherche de talents dans les CV thèques, dans le vivier des candidatures spontanées…

Le marché de l’emploi est un peu comme un départ en vacances le 1er Juillet où vous devez choisir entre l’autoroute ou les petites routes de campagne. Dans le premier cas, le marché visible, vous faites le choix de l’autoroute, vous irez certes plus vite pendant toute la durée du trajet en prenant le risque de vous retrouver bloquer au péage, dans le goulot d’étranglement caractérisé par une forte concurrence au guichet. Tandis que dans le second cas, le marché caché, votre trajet sera plus long mais vous aurez l’occasion de glaner au passage quelques produits locaux tout en appréciant le paysage. Reposé et informé sur les coutumes locales, vous aurez pris de l’avance pour la suite de votre voyage 😉

Si vous ne pouvez pas négliger le marché visible pourvoyeur de nombreux emplois, ne passez pas pour autant à côté de ce fameux marché «caché », pour certaines fonctions plus de 70% des offres ne sont pas visibles sur les médias habituels !

A l’inverse, plus vous serez en amont d’un besoin, c’est-à-dire bien avant qu’il soit parfaitement défini, plus vous aurez des chances de mettre en avant une large palette de compétences.

Si ce marché peut-être caché, il n’est pas invisible et si savez ce que vous cherchez, ce que vous avez à offrir et où chercher grâce à une veille efficace, il apparaitra très vite comme une évidence !

Ne remettez pas demain…

Et si vous commenciez tout de suite par une toute petite étape pour appréhender votre marché. Vous pourriez recenser toutes les revues d’informations sur votre activité, suivre l’actualité économique de votre région, en vous abonnant par exemple à des flux RSS ou à un réseau social qui traite de l’actualité de votre branche professionnelle, les infos arriveront directement dans votre boite mail et vous pourrez modifier vos abonnements en un seul clic.

Belle semaine à vous 🙂


4 commentaires sur “Tout ce qu’on ne vous dit pas sur le marché de l’emploi

Les commentaires sont fermés.