25 ans d’évolution métiers en France (Etude du ministère du travail – DARES)


Régulièrement dans ce blog, je vous alerte sur l’évolution des emplois et vous propose de faire une pause professionnelle pour devenir acteur de votre avenir, notamment en vous informant. Pour vous aider, voici le résumé d’une analyse parue la semaine dernière, réalisée par le département des études  statistiques du ministère du travail, qui couvre une période de 25 ans. Pour plus de détails, vous trouverez ici : l’étude statistique complète.

Cette étude particulièrement intéressante, présente plus de 90 métiers, différenciés par secteurs d’activité, régions, type de salariés, emplois occupés… Vous pourrez également mesurer l’évolution du nombre de femmes, de seniors, de fonctionnaires en emploi…

Avant de vous présenter cette analyse, je vous propose quelques éléments d’informations supplémentaires pour en faciliter la compréhension et en mesurer l’utilité si vous avez pour projet de changer de job 😉

Evaluez votre secteur d’activité

Voici une notion importante qu’il vous faudra bien appréhender, avant de bouger, si c’est votre souhait. Les secteurs d’activités regroupent des entreprises qui ont la même activité principale, par exemple :

  • Agriculture : activités d’extraction, de production de matières premières
  • Industrie : activités de transformation de matières premières
  • Services : activités ne matérialisant pas de biens physiques, appelés aussi activités tertiaires découpées en services marchands et non marchands.
  • Bâtiment et travaux publics : activités de conception et de construction des bâtiments et d’infrastructures comme les routes et les canalisations.

J’utilise régulièrement aussi le terme d’employabilité, car c’est une autre donnée essentielle quand on souhaite être acteur de sa carrière professionnelle. Vous pourrez en trouver de nombreuses définitions, pour moi, c’est la capacité à s’adapter aux besoins des entreprises qui donnera une valeur à vos savoirs. Vous avez un capital au départ à évaluer et à faire croître en fonction de vos choix et des besoins du marché tout au long de votre carrière professionnelle.

Les entreprises  l’ont  compris et cela modifie considérablement la gestion des ressources humaines, c’est pour cela que vous pouvez entendre parler de Gestion Prévisionnelle des Compétences (GPEC) dans certaines organisations.

Suivez l’évolution de votre marché

Que vous soyez entrepreneur ou salarié, vous êtes sur un marché, à l’image des marchés de biens ou plutôt de services. Le marché de l’emploi est constitué d’une offre (proposition de compétences) et une demande (besoins des employeurs) et personne ne peut se vous contenter de suppositions.

Alors que le marché de l’emploi est en mutation, un manque de formation ou des formations qui n’arrivent pas toujours à suivre les évolutions technologiques ou restent trop générales peuvent être de sérieux freins à l’employabilité des salariés et de la productivité des entreprises.

Aujourd’hui, certains entrepreneurs ne trouvent pas les qualifications dont ils ont besoin, alors que des demandeurs d’emplois sont disponibles, mais non pas la bonne qualification ! Je ne rentrerai pas dans le débat des responsabilités, mais c’est un fait, tout comme certaines demandes de recrutements sont totalement irréalistes. Heureusement ce n’est pas la majorité,  cependant je ne vois alors que 2 possibilités : agir ou subir. Et pour agir il est nécessaire de commencer par s’informer. 😉

Qu’est-ce qui a changé en 25 ans ?

D’une manière globale, on observe des besoins en qualification plus élevés, et un secteur en plein essor, le secteur des services.  Tandis qu’à l’inverse les deux autres secteurs (industrie et agriculture) ont été soumis à des baisses d’effectifs notamment pour les emplois les moins qualifiés.

  • Secteur des services (tertiaire) 

Les plus belles progressions métiers/emplois (durant la période 1984- 2009) sont dues essentiellement aux facteurs démographiques et se retrouvent principalement dans les secteurs  suivants :

  • des services de santé : médical et paramédical
  • des actions sociales : orientations scolaire et professionnelles
  • des secteurs culturels et sportifs
  • des services à la personne : aides maternelles, aides ménagères…

Les services de gestion et l’administration des entreprises (finances et  comptabilité) montrent une tendance à la progression tandis que le nombre de postes de secrétaires diminuent depuis  les années 1990.

Les fonctions commerciales progressent avec un niveau de qualification en constante évolution pendant que les emplois concernant les commerces et les grossistes tendent à diminuer.

Le secteur communication (informatique, télécom, électronique) en constante augmentation depuis les années 1980 a également beaucoup évolué en même temps que les évolutions technologiques. Le contenus des postes a nettement évolué privilégiant  le marché cadre qui a été multiplié par 6 au détriment des opérateurs de saisies.

Un exemple de tertiarisation dans la Métropole Nantaise : 80% des emplois créés dans les services.

  • Le secteur industriel

Les industries s’automatisent de plus en plus, les systèmes se complexifient et les démarches qualité associées à des démarches de productivité laissent de moins en moins de place à des emplois peu qualifiés. On remarque que les industries en concurrence avec des pays où la main d’œuvre est à moindre coût se recentrent  sur l’innovation et la productivité. On voit ainsi que les emplois d’ingénieurs ont doublés au cours de ces 25 dernières années pendant que les postes d’ouvriers non qualifiés ont été divisés par 2.

Dans les industries du travail des métaux, les industries mécaniques, ou encore dans les industries du textile et du cuir,  l’internationalisation des échanges,  la diffusion de machines d’assemblage et la baisse des nombres de composants à assembler amènent également un transfert de compétences plus qualifiés vers des métiers d’innovation (Recherche et Développement), de conception (Bureau d’étude), de maintenances ou liés à la productivité (qualité, gestion, finances…).

L’évolution de ce secteur se traduit par un recentrage vers son cœur de métier et une tendance marquée par l’externalisation d’une partie de son activité, ce qui explique aussi la croissance du secteur des services. Les postes de manutentionnaires, de secrétaires ou de chauffeurs sont en diminution et sont en partie transférés à des activités tertiaires.

  • Secteur agriculture, sylviculture et pêche

C’est ce secteur qui a été certainement le plus touché par la baisse des emplois puisque les effectifs ont été divisés par 2 dans les années 1980. On peut cependant noter une reprise régulière mais de moindre importance à partir des années 1990 grâce notamment à une augmentation de la productivité.

Economiquement, il est intéressant d’observer  le transfert des statuts des métiers du monde agricole. En effet de nombreux indépendants se sont d’une part associés en groupement et d’autres part des indépendants se sont déclarés en tant que salariés, ce qui explique une hausse de la population « techniciens » dans ce secteur.

  • Les métiers du bâtiment et des travaux publics

Un autre secteur a subi une baisse du nombre des emplois dans les années 1980, suivi d’une reprise soutenue dans les années 1990 ont aboutis en moyenne à une faible croissance, les fonctions les plus touchées étant une nouvelle fois les emplois les moins qualifiés.

Informez-vous et formez-vous !

Ces chiffres et ces analyses démontrent des évolutions non négligeables de vos secteurs d’activités et des tendances métiers pour demain. Alors si vous songez à changer de job, posez-vous les bonnes questions avant de vous lancer. 😉

Est-ce à dire qu’il vous faut immédiatement quitter un secteur qui n’est plus en pleine croissance, certainement pas ! Une analyse statistique n’est pas une bible annonçant les 10 plaies d’Égypte, c’est un point de départ à affiner pour construire un projet réaliste. Cela veut dire tout simplement qu’il sera particulièrement intéressant pour vous d’évaluer les tendances et d’identifier les outils indispensables à acquérir pour valoriser vos compétences.

Alors si vous vous demandez encore quoi faire de votre DIF cette année. Eh bien, c’est peut-être le moment de faire une pause professionnelle. Et si vous regardiez les petites annonces par exemple, peut-être que vous verriez apparaître ce nouveau logiciel dont vos concurrents n’arrêtent pas de vanter les mérites ?

Vous êtes dans le secteur agricole, n’y aura-t-il pas des métiers émergents dans le développement durable ou la bio diversité par exemple, pour lesquels vous auriez déjà acquis de vraies valeurs ajoutées et qui pourraient se compléter par une formation adaptée ?

Vous avez compris le principe, si cette analyse vous a permis d’avoir une vue d’ensemble, j’espère avoir pu vous éclairer sur l’importance d’évaluer les tendances plus proches de votre situation, en suivant les évolutions qui vous concerne de plus près, c’est-à-dire les particularités de vos régions, de vos fonctions, des technologies, des types d’organisation…

Vous avez pléthore d’outils pour assurer votre veille emploi et pour faire un bilan de votre situation, ne les négliger pas pour trouver votre job idéal 😉

Quelques pistes pour un job dans le secteur médical

En bonus une autre vision du futur qui m’a été envoyé par une fidèle de ce blog Florence que je remercie 🙂


4 commentaires sur “25 ans d’évolution métiers en France (Etude du ministère du travail – DARES)

  • Florence

    Un guide du bilan de compétence ?? je vote pour, et à la corse en plus (mes feux-aieux votent pour aussi)

    • Sandrine Auteur du billet

      Eh bien tes aïeux, Prince Joshua et la presque quarantaine de timides qui sont passés par la page contact, la commande est validée 🙂
      Merci à tous de votre suivi et de votre fidélité

  • Florence

    Merci mille fois pour ce lien et ces infos. Je n’ai pas encore eu le temps de lire les 20 pages de ce rapport, mais je ne vais pas manquer de m’y mettre au plus vite.

Les commentaires sont fermés.