Comment tirer le meilleur de vos 20 ans pour réussir votre avenir professionnel


Que de mythes autour de l’emploi et des jeunes, casés dans des générations de A à Z et persuadés de devoir attendre pour commencer à construire leur avenir professionnel. L’émancipation par le travail qui hier commençait à l’âge de 16 ans, semble se rapprocher doucettement des 30 ans depuis quelques années.

Est-ce inéluctable ?

Je vous propose de découvrir dans ce billet 4 mythes sur les jeunes et l’emploi.

Faut-il attendre l’âge de 30 ans ?

Vous avez sans doute lu de nombreuses théories, livres, articles qui fleurissent à propos de la génération Y ou des suivantes dont certains expliquent que de nos jours, avoir 20 ans, c’est l’âge d’une nouvelle adolescence et que la vie professionnelle ne commence qu’à 30 ans.

Les jeunes quittent le domicile parental tardivement, et ce n’est pas très grave, puisque c’est la crise, puisque les jeunes font des études longues et que de toutes les façons les employeurs ne proposent que des stages peu rémunérés.

Serai-je entrain de nier les difficultés de trouver un emploi ?

Certainement pas, je suis au cœur de cette dynamique que je connais bien, tous comme les difficultés rencontrées qui ne sont pas réservées à cette seule catégorie. Et c’est parce que je reçois régulièrement des trentenaires perdus et surpris de leur situation professionnelle, j’aimerai vraiment pouvoir vous alerter sur cette question.

Que croyez-vous qu’il puisse se passer pour le futur job de ces jeunes gens qui passent leur temps à errer sans but, à dormir et à s’amuser ?

Rien, il ne se passera rien !

Si vous avez un enfant de cet âge ou si vous faites partie de cette génération, malgré tout ce que vous pouvez entendre, malgré toutes les sollicitations tentantes, ne sacrifiez pas votre temps, c’est votre bien le plus précieux !

N’attendez pas vos 30 ans pour faire vos choix et trouver votre projet professionnel, ce ne sera pas parfait, et alors ? Essayez, échouez, et recommencez. Il n’y a que dans l’action que vous allez acquérir l’expérience et la confiance qui vous fera progresser.

Votre vie professionnelle commence à 20 ans !

Dans son livre :

Le docteur Meg Jay révèle plusieurs idées fausses sur la carrière professionnelle des vingtenaires, ces jeunes gens (et leurs parents) persuadés que tout espoir d’obtenir un travail jeune a disparu et qu’il est alors acceptable de remplacer ses recherches d’emploi par l’inaction et l’amusement en attendant de voir…

Fermez la télé, laissez de côté pendant quelques temps les journaux annonciateurs de fin du monde et prenez le temps de regarder cette vidéo TED du Dr Meg Jay dont je partage l’expérience. Il ne s’agit pas seulement de convictions mais de faits repris par de nombreux spécialistes, d’exemple de discours que vous avez peut-être déjà eu et que j’ai pour ma part souvent entendu.

 

Au–delà de cette vidéo dont le message pourrait se résumer à : « décidez de ce que vous allez faire de vos 20 ans pour décider de votre vie future. »

4 mythes persistants sur les jeunes et l’emploi

Dans son livre The Defining Decade: Why Your Twenties Matter-and How to Make the Most of Them Now le Dr Meg Jay vous expose différents mythes persistants des vingtenaires que je retrouve fréquemment dans mon métier de consultante en gestion de carrière professionnelle.

20 ans vie professionnelle

1. A 20 ans vous avez tout le temps pour trouver un emploi qui vous correspond

Je suis certaine que vous avez déjà entendu ou lu quelque chose qui ressemble à cela et que vous retrouverez dans des centaines d’articles, livres, sur la génération Y sacrifiée, obligée de vivre chez leurs parents  et contrainte à errer par une crise économique qui ne cesse de s’amplifier. Où il est devenu socialement acceptable et donc accepté de se mettre dans une posture d’attente.

Est-ce vraiment acceptable de faire attendre ses rêves ?

Dans son livre le Dr Jay prend un exemple exposé par ses clients qui disent se sentir comme dans un jeu de chaises musicales où entre 20 et 30 ans tout le monde court pour s’asseoir et que certains trublions se retrouvent sans chaise à 30 ans quand la musique s’arrête avec la désagréable sensation d’avoir déjà tout raté.

Que ferez-vous à trente ans si vous ne passez pas à l’action maintenant ?

Que ferez-vous si vous ne vous êtes pas préparé ?

Que se passera-t-il après, car même si vous ne croyez pas au moment présent, il y aura forcément un après.

C’est à 20 ans que vous avez le plus de potentiel de changement, de prise de risque.

Commencez votre vie maintenant, ne mettez rien entre parenthèse en attendant des jours meilleurs, ces années sont très importantes, plus vous démarrez tôt, plus la route sera facile par la suite.

Tout est important, même si rien n’est définitif : le choix de votre formation, le choix de votre sujet de mémoire, du lieu de votre stage et de vos premières expériences, c’est ce qui marquera votre orientation future, choisissez-les avec soin.

Faites vos choix maintenant pour votre futur emploi afin de pouvoir mettre en place la vie que vous voulez vers la trentaine.

Quand vous êtes au début de votre apprentissage les employeurs misent facilement sur votre potentiel et prennent des risques avec vous. A 30 ans, les recruteurs évalueront les résultats obtenus et regarderont d’un peu plus près où vous en êtes dans votre vie personnelle.

2. Trouvez le job parfait et faites-le !

Ah, le job parfait, la vie parfaite….l’homme parfait (sic, désolée mais la femme parfaite n’est plus un mythe 😉 )

Qu’est-ce qu’ un job parfait ?

Comment évaluer la perfection du job parfait alors que vous n’avez aucune expérience ?

Le job idéal n’est pas celui de vos parents, de vos amis ou de vos mentors. Le job idéal, c’est celui qui vous convient c’est-à-dire celui qui se construira à partir de vos expériences, celui qui conviendra à la personne que vous allez devenir au fur et à mesure de votre vie.

Votre capital identitaire se construit au fil du temps et cela commence vers la vingtaine, ce qui ne vous empêchera pas d’avoir envie de changer de voie vers la quarantaine. Car ce que l’on ne vous dit pas c’est que Vous allez changer psychologiquement mais que Votre métier et ses conditions d’exercice aussi changeront ! L’évolution sera économique, technologique et sociologique, ce qui rend ce flux complexe et mouvant.

Vous pouvez changer d’avis à condition de savoir ce qui ne vous convient pas. Comment savoir si vous aimez les brocolis avant de les avoir goûtés crus, cuits, en morceaux ou avec des dizaines d’épices ou d’accompagnements différents ? Et puis il y a ces anciennes variétés que l’on remet au goût du jour avant d’appliquer des transgenèses pour en créer de nouvelles. Un monde de découvertes s’offre à vous !

Choisir une direction, trouver un projet professionnel, restez au fait de l’actualité de votre métier et modifiez votre route en fonction de vos apprentissages et de vos centres d’intérêts qui évolueront à n’en point douter.

3.  Avec le job de vos rêves vous n’aurez plus jamais l’impression de travailler

Cessez de courir pas après ce fantasme au risque d’être un(e) éternel(le) insatisfait.

Le travail reste la combinaison de choses que vous allez adorer et d’autres que vous allez détester et que vous devrez faire aussi !

Entrez dans le monde du travail, c’est aussi entrer dans un monde de relations humaines complexes, vos patrons ne sont pas vos parents et vos collègues ne sont pas vos amis.

Et non, ce n’est pas plus facile pour les autres, même s’ils semblent plus heureux que vous… Patrons ou salariés vous avez des décisions à prendre qui ne sont ni faciles, ni systématiquement amusantes. Même si bien évidemment, lorsque vous  quand vous travaillez dans le domaine que vous aimez, tout cela vous paraîtra toujours plus facile.

Vivre de sa passion toute sa vie, sans effort, ça n’existe pas !

C’est un peu comme se dire qu’une fois marié vous n’aurez plus de combat à mener et que vous pouvez vous laisser aller…

4.  Vous n’aimez pas votre travail, quittez-le !

Vrai ! Enfin… pas n’importe comment… à condition d’avoir réfléchi en amont de votre lettre de démission et d’en connaître les causes et conséquences pour éviter de reproduire les mêmes erreurs.

Savez-vous ce que vous n’aimez pas dans ce job-là ?

Avez-vous fait le point sur vos compétences acquises et vos résultats avant tout quitter ?

Vos savoirs ont-ils susceptibles d’intéresser un autre employeur en l’état selon les conditions (lieu, salaire…) espérées ?

Qu’allez-vous faire après cette expérience professionnelle ?

Avez-vous une idée de projet, du marché de l’emploi spécifique lié à votre projet ?

Avez-vous anticipé les coûts et les délais réalistes pour vos futures démarches de recherche d’emploi ? Est-ce de simples impressions basées sur vos convictions personnelles ou des vérifications mesurées ?

Et si ce n’était pas votre job, mais les relations que vous entretenez avec vos collègues ou votre patron qui ne vous convenez pas ?

Que devez-vous retenir de l’expérience pour vous, pour les autres et pour l’avenir… Le monde du travail est restreint, n’aurez-vous pas besoin de recommandations ou d’accompagnement pour vos nouveaux projets.

Comment allez-vous expliquer vos multiples changements ?

Comment vont-ils être compris par vos futurs recruteurs ?

Comment valoriser cette dernière expérience professionnelle, malgré tout ?

Comment construire un discours percutant ? Pour être efficace Toute votre communication professionnelle résidera dans l’art de créer un fil conducteur cohérent entre l’avant, le pendant et lié le tout avec vos nouvelles motivations.

Se chercher à l’âge de 20 ans en multipliant les expériences ou les opportunités est facilement explicable. A 30 ou 40 ans cela devient un peu plus compliqué, cela prend un peu plus de temps et de préparation et c’est aussi plus difficile de sortir de votre zone de confort, mais cela n’a rien d’impossible et cela peut-être même être salvateur… c’est une reconvertie épanouie qui vous le dit.

Vous souhaitez en savoir plus ?

Gardons le contact et profitez des bonus exclusifs réservés aux membres de ce blog, en vous inscrivant dès maintenant, c’est simple, confidentiel et gratuit.

Vérifiez votre boite mail après avoir cliqué sur « Je m’abonne », votre premier bonus vous attend.

* Champs requis